Retour en accueil

Type
Marque
Modele

Type
Marque
Categorie
Mise en circulation

ESSAI RENAULT ZOE INTENS

intro

Petite émotion et grand intérêt professionnel : en 24 ans d’essais automobiles en Nouvelle-Calédonie, c’est bien la première fois que nous essayons une voiture 100% électrique. À force d’hybrides, et singulièrement ayant réalisé dans les jours précédents l’essai de la Prius, difficile toutefois de se montrer dépaysé, le système de fonctionnement étant similaire, notamment au niveau de la transmission réduite à son expression la plus simple. Ici un levier de vitesses à 4 positions : marche avant, marche arrière, neutre et parking. Une seule vitesse, si l’on peut dire, type variateur. Pas d’à-coups, rien, les vitesses n’existent pas, vous appuyez, la voiture avance, de sa vitesse minimale à sa vitesse maximale.


Bref ! Une vraie voiture 100% électrique, capable de rivaliser avec une motorisation thermique, susceptible de transporter une famille, c’est sans précédent au sein de notre “essaithèque”.

 

 

Moteur et silence à bord… Ça tourne.

La puissance - Quand nous sommes partis de la concession, direction le Village de Magenta et son accès pentu, nous nous sommes demandés comment faire pour circuler vélocement avec un tel véhicule ? Le bouton Éco étant enclenché, il ne nous aura pas fallu tout un wagon d’interrogations pour évaluer la situation. Sitôt désactivé en effet, la Zoé s’en trouva métamorphosée. La voiture se décline alors étonnamment alerte en toutes circonstances. Le couple est très important et immédiat, le répondant instantané. Mieux, la courbe de puissance ne fait en rien penser à un moteur électrique. Il y a de la vivacité et de l’agrément. En pointe, sans être à fond du tout, nous avons atteint 118 km/h au compteur (135 km/h maxi, selon Renault).

Autrement dit, outre des accélérations initiales que nous pourrions confronter à un bon 1.4 litre, la Zoé se révèle parfaitement à l’aise dans un flot de circulation à vitesse soutenue. Au global, un moteur électrique vif, instantané et très à l’aise dans l’urbain et le péri-urbain, voies rapides incluses...

Le mode Éco est à réserver, vous l’aurez compris, aux épisodes où vous n’avez d’autre choix, quand vous êtes en “réserve” d’énergie électrique…

17/20

01 02
01 01

 

Pour quels usages ?

Tout est possible avec la Renault Zoé dans l’agglomération du grand Nouméa, de Plum jusqu’à Tontouta. L’autonomie est très satisfaisante sans la clim que nous avons évité de mettre, avec, à l’opposite, beaucoup d’énergie consommée dans un cycle d’accélérations pied au plancher et de freinages. Elle est très supérieure au kilométrage théorique admis.

Il est certain que la climatisation doit bien «tirer» sur les batteries. De notre point de vue, nous tablerions sur une autonomie de 150 km en plein été, avec un usage ordinaire des fonctions, pour une autonomie nettement supérieure en hiver. Mais ces estimations demanderaient à être corroborées par un usage régulier. Savoir que les voitures électriques, qui constituent à le bien prendre une réponse très appropriée pour se substituer à la voiture conventionnelle, dès lors que les infrastructures de recharge existent, vont gagner en autonomie. De 400 à 600 km sans recharge en conditions optimales dans un avenir proche, selon les constructeurs.

De fait, tout le monde peut être concerné par la Zoé. Même si tout le monde ne peut se permettre de l’acheter. Localement, le «plein» d’une Zoé est estimé à 710 F. Évidemment, le budget du consommable est réduit de façon drastique et les épargnes seront au diapason à bord de ce véhicule électrique.

15/20

05 06
07 08

Recharger sa Zoé, comme en recharge son GSM ?

La Zoé peut en théorie se recharger sur une prise green-up aisément disponible dans n’importe quelle habitation. Il est toutefois préconisé d’utiliser, pour des performances optimales, la recharge Wallbox. Il s’agit d’un boîtier mural spécifique, fabriqué par Schneider. L’installation, certifiée par la marque Renault, est normée et sécurisée. En Nouvelle-Calédonie, un réseau de prestataires agréés s’en chargera.

Les temps de recharge oscillent entre 6 et 9 heures. Il est possible, via des options, d’obtenir une charge express à 80% en 1h. À noter qu’il est loisible de climatiser sa voiture durant la charge, l’énergie absorbée étant alors directement puisée à la source du courant et non sur la batterie. Par ailleurs, la batterie ne se décharge que très peu à l’arrêt et ne dispose pas d’effet mémoire. Vous pouvez donc la recharger partiellement aussi souvent que vous le souhaitez.

15/20

Freinage - Un freinage très efficace, avec suffisamment de mordant, un frein moteur préservé, un ABS efficace, rien ne change évidemment d’avec une voiture à moteur thermique, sinon ici une efficacité remarquée.

17/20

Habitabilité / Logeabilité - Les places avant sont parfaites et bénéficient de surcroît de nombreux réglages. En vertu de notre configuration habituelle, conducteur et passager arrière de 1,85 m, les genoux arrière confinent au revers du siège avant. Le coffre est vaste, bien étudié, plutôt fonctionnel.

16/20

Confort - Franchement, essayé hors notre parcours habituel, nous ne pourrons nous montrer catégorique au chapitre du confort. Toutefois, à la faveur d’un parcours urbain et même péri-urbain, la Zoé a su nous ménager des épisodes de confort au niveau d’une prestation élevée. Mais difficile d’être tranché comme à l’ordinaire ici compte tenu que la filtration, sur route mal carrossée, n’a pu être expérimentée. (Pas de note)

Finition / Équipement - Les plastiques apparaissent de bonne facture. Durs, mais de belle qualité. Les plastiques inférieurs le sont un peu moins. La présentation est belle, simple et lisible pour tous, presque instantanément et intuitivement. Un bon point.
Côté équipement de série, on retrouve la climatisation régulée, un pack électrique complet (il va sans dire !), 4 jantes en alliage 17”, l’ABS, la caméra de recul, la tablette R-Link, etc.

16/20

09 10
11

NOTRE AVIS

Conduire la Renault Zoé dans le tissu urbain et dans le Grand Nouméa est un régal de facilité et d’agréments. Pas de stress, un silence relatif (on entend tout de même un peu le moteur électrique, qui émet une forme de bourdonnement discret mais rauque), et surtout l’art et la manière du naturel en voiture, un retour au source de la facilité de conduite. Ici nous avons de surcroît la performance. Tout est presque parfait, n’était un tarif encore conséquent et le manque de bornes de recharge en Nouvelle-Calédonie (ce qui se fera, ipso facto, «à terme»). Mais positivement, ce type de véhicule n’a aujourd’hui rien à envier à une automobile thermique dans la configuration dans laquelle nous avons déroulé notre essai. Une performance à saluer pour le constructeur français.

ON AIME

Viable à 100% à la ville comme à la route
Agrément général d’utilisation
0% d’émission en circulation
Bonne autonomie dynamique
La grève ou le blocage des stations n’est pas un souci pour elle !
Entretien plus économique (estimation Renault : 20%)

ON AIME MOINS

Infrastructure de bornes électriques en NC ?
Tarif encore élevé

FICHE TECHNIQUE

  • MOTEUR : Synchrone à rotor bobiné. 88 ch de 3 à 11300 tr/min
  • COUPLE : 220 Nm entre 250 et 2500 tr/min
  • TRANSMISSION : Type variateur POIDS : 1468 kg
  • DIMENSIONS (hors tout) : L 4,084 m - l 1,730 m - H 1,562 m
  • AUTONOMIE THEORIQUE : 210 km
  • PRIX : À partir de 3.898 MF au 01.10.2016
  • GARANTIE : Structure 2 ans ou 100 000 km (1er des deux termes échus) - Groupe Moto Propulseur Electrique : 5 ans ou 100 000kms (1er des deux termes échus) - Batterie : 5 ans ou 100 000 km (1er des deux termes échus)
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Consulter tous les articles de la rubrique Essais