Retour en accueil

Type
Marque
Modele

Type
Marque
Categorie
Mise en circulation

AUDI Q2 1.0 TFSI

AUDI Q2

Le crossover chic et choc !

La Q2, dernière-née de la gamme Audi, est disponible en Nouvelle-Calédonie depuis à peine quelques semaines que, déjà, une nouvelle motorisation fait son apparition. Le Q2 est un crossover, autrement dit un véhicule multi-segments, sorti fin 2016, petite soeur (ou petit frère, au choix !), du Q3, Q5 et Q7. C’est donc la toute dernière motorisation importée qui nous a été confiée : un 1.0 litre de 116 ch turbocompressé. Est-ce bien raisonnable ? On le verra. En tout cas, rien ne permet de différencier ce modèle de ses aînés. D’autant que les notions d’entrée de gamme chez Audi sont plus que relatives ! À cheval…

 

 

Moteur / Boîte de vitesses

S’agissant d’un 999 cm3, on ne peut s’attendre à un miracle. Pourtant, le miracle a presque lieu tant Audi a tiré de ce petit 1.0-L toute la quintessence. Grâce évidemment à l’adjonction d’une suralimentation, ce moteur développe 116 ch. Outre que ces 116 ch sont sensibles à bord, et encore plus exploitables en configuration Sport, nous y reviendrons, ils sont ici épaulés par la fameuse boîte 7 Tiptronic qui, en l’espèce, fait des miracles. Cette boîte Audi est si réussie que n’importe quel véhicule qui en est flanqué réalisera presque un sans-faute. Et dans le cas de la Q2, si le moteur témoigne d’un élan magnanime en mode normal, il bascule dans la virevolte dès lors que le mode Sport est sélectionné ! Sans doute l’une des voitures essayée où le changement d’un mode à l’autre est le plus manifeste. À un point tel que nous avons réalisé 60% de l’essai sous cette configuration.

Au premier contact, on est surpris de l’attaque progressive de la pédale d’accélérateur. Détail, mais à citer. On s’y habitue fort bien. La Q2, dans cette version 1.0-L TFSi est donc presque sage en mode ordinaire. Ça avance sans difficulté, c’est à l’aise partout, mais pas de quoi se rouler dans la boue de bonheur. On passe alors le mode séquentiel. Sympa, mais l’automatisme reprend le dessus dès lors que vous bousculez un peu trop le véhicule. Bon. On n’aime pas. On passe en mode Sport dès lors qu’on a compris qu’il suffisait de donner une impulsion vers le bas du levier de vitesses pour le mettre en branle. Et alors nous découvrons presque une autre voiture ! Bien plus sympa, surtout plus pugnace.

Les 7 rapports s’enchaînent sans le moindre frottement, et le moteur, s’il est fatalement linéaire, pousse avec une vélocité inattendue compte tenu de sa cylindrée. La Q2, c’est un ensemble de facteurs convergents. Et le comportement routier vient se greffer sur ces facteurs. Savoir qu’au-delà de l’attitude du petit mais pugnace TFSi, la rigueur du châssis permet véritablement de passer très vite, bien au-delà de la carte de visite technique du véhicule. Le couple, présent très tôt, fait florès.

16/20

Comportement routier

C’est sans doute le point d’orgue de ce véhicule. Rien que le volant donne envie d’attaquer. Superbe. Toujours en mode Sport (nous avons testé le véhicule en mode normal avec brio), l’attaque est incisive. Très agile, le crossover peut damner le pion à nombre de berlines. Bien que le moteur ne revendique que 116 ch, il est si (et généreusement) parfaitement exploitable enchâssé dans ce châssis que le mariage fait florès. On peut passer très vite, même avec un 1.0 litre. En mode Sport, la direction se révèle plus asservie, les rapports plus serrés et le sentiment d’un châssis plus rigidifié l’emporte. La cartographie intérieure permet plusieurs modes. Le mode Auto (adaptatif) convient même pour le Sport. Par définition, il s’adapte. Il existe également en effet un mode Dynamique. Finalement superfétatoire, à le bien prendre, sauf de manière ciblée. Le mieux est de se caler sur le mode Automatique, et le système réagira en fonction de votre conduite.

18/20 (note pondérée)

AUDI Q2 AUDI Q2
AUDI Q2 AUDI Q2
AUDI Q2 AUDI Q2
AUDI Q2 AUDI Q2

Freinage

Un freinage qui ne paraît pas incisif au débotté. Peu de sensations. Et d’un seul coup, la puissance du ralentissement se fait sentir pour un résultat qui ne fait pas dans l’esbroufe, plutôt dans la rigueur, ce qui semble être le ton de ce véhicule.

17/20

Habitabilité / Logeabilité

Les places avant déroulent un dégagement évidemment suffisant. Le passager arrière de 1,85 m qui se placera derrière un conducteur de même taille ne sera pas mal à l’aise. Les genoux flirtent avec le revers du siège avant sans vraiment le toucher. Le coffre n’est guère profond, mais spacieux. Il accueille une roue de secours de type galette.

16/20

Confort

Nous l’avons évoqué plus haut, le confort se commande à la carte à bord. Sur la tablette de contrôle, il suffit de sélectionner le mode confort et vous êtes censément dans la situation d’un cocon. Savoir que le mode automatique, encore une fois, gère assez bien de toute façon tous les paramètres fonction de votre conduite, nous l’avons dit. En tout cas, la Q2 est confortable, notamment grâce à une filtration des irrégularités routières convaincante. Et même en mode de cartographie “Auto” et en conduite sportive sur route cabossée, la voiture assure son minimum de confort tout en garantissant une bonne stabilité. Finalement, un très joli résultat. Les jantes de 17 pouces n’entament pas ce potentiel.

16/20

Finition / Équipement

La finition est typée Audi. Savoir des plastiques amortis très sensuels au toucher, un aspect visuel qui pose son ayant droit, une sobriété qui confine au bon goût, en substance une Audi dont la qualité apparente ne rend rien aux productions supérieures de la marque. De la belle ouvrage, indiscutablement. L’équipement de série comprend une climatisation automatique, le pack aluminium intérieur, un pack électrique complet, le fameux volant gaîné de cuir et multifonctions, le déclenchement automatique des feux et des essuie-glace, l’Audi smartphone interface, un radar visuel de recul, etc.

16/20

Notre avis

Un modèle “d’entrée de gamme” chez Audi dont le ticket dépasse largement 4 millions, cela ne veut pas dire grand-chose finalement... La Q2 1.0 TFSi est une voiture très séduisante. On ne peut que regretter la puissance relativement limitée du moteur, sachant toutefois que les 116 ch sont très sensibles et suffisent amplement dans notre configuration îlienne. En tout cas, coup de coeur pour une voiture au dynamisme avéré et au charme fou. Dès lors que l’on daigne s’asseoir sur le siège conducteur, la magie agit très vite...

ON AIME

Boîte Tiptronic
Habitabilité
Agrément de conduite sensible
Freinage
Comportement routier
Finition quasi parfaite
Volant...

ON AIME MOINS

Élitiste…

Que 116 ch...

FICHE TECHNIQUE

  • MOTEUR : 3 cylindres essence turbo 999 cm3, Puissance de 116 ch à 5 000 tr/mn
  • COUPLE : 200 Nm à 2 000 tr/mn T
  • RANSMISSION : boîte automatique S-Tronic à 7 rapports + séquentiel - Traction
  • POIDS (à vide) : 1 240 kg
  • DIMENSIONS : L 4,19 m - l 1,79 m - H 1,51 m
  • RESERVOIR : 50 litres CONSO MIXTE (constructeur) : env. 5.1l/100 km
  • CONSO URBAINE (constructeur) : env. 6.2l/100 km
  • CONSO EXTRA URBAINE (constructeur) : 4.5l/100 km PRIX : 4 265 200 MF TTC au 20/06/17 (TGC, mise en route, éco-participation incluses)
  • GARANTIE : 2 ans.
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Consulter tous les articles de la rubrique Essais