Retour en accueil

Type
Marque
Modele

Type
Marque
Categorie
Mise en circulation

SUBARU XV 2.0L Sport

SUBARU XV 2.0L Sport

Un peu Robocop, un peu Mary Poppins

La Subaru XV repose sur la base de la célèbre Impreza. À l’origine, c’est même une Impreza en treillis militaire, en somme. La nouvelle version de la XV - seconde génération - arbore quelques changements sensibles par rapport à sa devancière : + 1 cm en longueur (qui profite entièrement à l’empattement, donc à l’habitabilité), + 4 cm en hauteur (garde au toit), les voies s’élargissent (+ 2 cm), sur notre modèle les jantes passent en 18” (17” sur les autres versions), un centre de gravité réduit de 5 mm, un système 4X4 qui n’est plus permanent, mais auto-adaptatif (traction lorsque en 4X2), ainsi qu’une foule d’autres nouveautés dont le détail relèverait davantage de la démonstration publicitaire que de l’essai dynamique.

Nous avons donc essayé notre véhicule par une belle journée de la toute fin du mois de juillet si frais et si revigorant. En selle !

 

 

Moteur / Boîte de vitesses

On retrouve ici le fameux Boxer 4 cylindres à plat et opposés. Une griffe inaliénable pour la marque de Fuji Heavy. Dans cette nouvelle version, il gagne 6 chevaux. La sonorité mécanique est toujours propre à la marque, bien que moins typée à nos oreilles, avec une espèce de sifflement en filigrane qui ajoute au plaisir acoustique de conduite. Le bloc moteur est bien vivant, lui. Puissant. il reste toutefois linéaire dans la poussée jusqu’à environ 5 000 tr/mn où une ultime ruade, plus velue celle-là, apporte une touche de caractère. Assez sensiblement, du reste. Mais ça reste un peu tardif.

Ce 4 cylindres Boxer de 2.0 litres est à l’aise partout toutefois. En haut, nous l’avons vu, il exulte. Dans les terres les plus basses, il se joue des difficultés. La boîte auto Lineartronic qui l’assortit comporte 7 rapports (6 sur la version 1.6). Pourvu d’un module séquentiel avec palettes de commandes au volant, elle se révèle d’un emploi agréable, mais ne se démarque pas véritablement. La transmission accueille le “ X Mode “ qui, abstraction faite du système spécifique AWD, agit en parallèle via un simple bouton sur l’équation puissance moteur / couple / boîte de vitesses, et enfin sur le 4X4. Le but : faciliter le passage dans les zones les plus difficiles. La fonction ne doit être utilisée que dans des conditions le nécessitant (consommation accrue).

16/20

Comportement routier

Les Subaru ont une réputation justifiée de voitures tenant le pavé. Avec un système central à quatre roues motrices adaptatif, le décor est en partie posé. Dans les routes mal pavées, défoncées, elle fait des miracles. Les courbes plus rapides lui donnent l’opportunité d’étaler encore ses capacités, avec un grip omniprésent. Toutefois, deux remarques : les suspensions restent un tantinet souples et la direction aurait mérité un asservissement complémentaire.

16/20

SUBARU XV 2.0L Sport SUBARU XV 2.0L Sport
SUBARU XV 2.0L Sport SUBARU XV 2.0L Sport
SUBARU XV 2.0L Sport SUBARU XV 2.0L Sport
SUBARU XV 2.0L Sport SUBARU XV 2.0L Sport
SUBARU XV 2.0L Sport SUBARU XV 2.0L Sport
SUBARU XV 2.0L Sport

Freinage

Progressif et porté par une réelle efficacité, le freinage de la Subaru XV est par ailleurs épaulé par un ABS convaincant et suffisamment discret. Allumage des feux de détresse automatique en cas de freinage appuyé.

17/20

Habitabilité / Logeabilité

Les Subaru, à l’instar de leur comportement routier, ont toujours brillé au fil de nos essais (depuis 1982). C’est toujours le cas pour cette nouvelle génération de la XV. La position avant est parfaite, nous y reviendrons dans le chapitre suivant. Les places arrière sont assez glissantes (sellerie cuir), une housse résoudra le souci. Conducteur et passager arrière de 1,85 m installés, il reste un espace conséquent entre les genoux et le revers du siège pour ce dernier. Le coffre, pas très profond, est large et rationalisé. Il accueille une roue de secours de type galette.

17/20

Confort

Le point d’orgue, sans doute, de cette Subaru XV. La filtration est réellement impressionnante. À l’avant, le conducteur, lorsqu’il navigue sur route défoncée, croise sur un matelas (pneumatique) douillet. La voiture semble flotter sur les crêtes de l’asphalte sans jamais devoir y rendre un seul clapotis. C’est assez impressionnant, tous comptes faits. La maîtrise est presque parfaite.

Rendons à César ce qui lui appartient, Subaru en connaît un rayon en matière de bien-vivre. La place du conducteur est idéale, du reste, mignotée qu’elle est notamment par un accoudoir confortable et idéalement placé.

19/20

Finition / Équipement

Surpiqûres, aspect grenu, impression de robustesse, la présentation intérieure est flatteuse. Les contrôles visuels sont nombreux et extrêmement fonctionnels même si la plupart des gens n’en feront point d’usage. La géométrie des deux compartiments qui abritent ces dispensateurs d’informations auraient gagné à un peu plus de recherche dans le style. Mais c’est un détail. L’aspect général confère indéniablement un cachet premium à la voiture - que vient confirmer la sellerie tout cuir.

L’équipement d’origine comprend une climatisation automatique, un toit ouvrant électrique, un démarrage sans clef, 4 superbes jantes en alliage de 18”, la sellerie en cuir, le système X Mode, un écran tactile de 8”, le système de téléphonie Bluetooth, 7 airbags, une garde au sol importante (22 cm), l’ABS, l’ESP, l’assistance au freinage, etc.

18/20

Notre avis

Très homogène et constante dans la vertu, la nouvelle XV se drape de surcroît dans une esthétique taillée à coups de serpe ma foi ! Assez unique sur le marché actuel… Cette voiture a de l’entregent et pose aujourd’hui son propriétaire en lui conférant un peu de standing, et un peu de charisme, tout en même temps... C’est comme ça du moins que l’on peut voir la chose. Homogène, elle ne souffre d’aucun défaut patent. Un break finalement presque génétiquement conçu pour un archipel comme la Nouvelle-Calédonie

ON AIME

Visuel à caractère
Confort
Homogénéité
Consommation contenue
Habitabilité et logeabilité
Freinage efficace
Architecture mécanique/Agrément
Finition
Présentation intérieure
Typée premium

ON AIME MOINS

Assistance direction prononcée

Un léger manque de caractère moteur

FICHE TECHNIQUE

  • MOTEUR : 4 cylindres en H (à plat et opposés), essence, DACT, 16s. inj. directe, 1 995 cm3 / 156 ch à 6 000 tr/mn
  • COUPLE : 196 Nm à 4 000 tr/mn
  • TRANSMISSION : boîte automatique à 7 rapports Lineartronic - 4X4
  • DIMENSIONS : L 4,446 m - l 1,80 m - H 1,615 m
  • POIDS (à vide) : env. 1 465 kg
  • RESERVOIR : 63 litres
  • CONSO MOYENNE : 7,3 l/100 km
  • CONSO URBAINE : 9,7 l/100 km
  • CONSO EXTRA URBAINE : 5,9 l/100 km PRIX : 3 985 000 F TTC et CG comprises (au 01.08.2017)
  • GARANTIE : 3 ans ou 100 000 km.
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Consulter tous les articles de la rubrique Essais