Retour en accueil

Type
Marque
Modele

Type
Marque
Categorie
Mise en circulation

Mini Countryman Cooper S ALL4 (R70)

Mini Countryman Cooper S ALL4 (R70)

Pas si mini que ça...

Vu d’avion, on a du mal à cerner la gamme Mini. Vu depuis le cockpit, ça réduit les malentendus. Ce n’est pas si compliqué finalement. La Coutryman, à l’essai aujourd’hui, est le SUV de Mini. Il coiffe même, en terme de tarif et de finition, le sommet de la gamme. Le modèle qui nous est confié ce jour de septembre arbore une livrée bleu métallisée à bandes blanches dans un parfait esprit Gordini, très seventies. Du meilleur effet, sans ostentation, juste annoncer à la fois la couleur et l’esprit... Vous noterez que comme il nous arrive que très rarement de le faire, les deux premiers chapitres ont été fusionné en un seul. Les explications suivront. Moteur, gentleman !

 

 

Moteur / Boîte de vitesses

Exit le 1.6-L donc, dernière version essayée par nos soins de mémoire (je vérifie : Mini Paceman All4 JCW), et bienvenue au “gros” 2.0-L de 192 ch qui anime notre Mini Cooper et dont nous avions fait l’annonce dès sa sortie, fin 2014. Il est associé ici à une boîte automatique à 8 rapports (spécificité de la Cooper S, car les autres modèles automatiques Mini n’affichent, eux, que 6 rapports), avec séquentiel et palettes au volant. Avec un module Sport propre à cette boîte automatique.

Trois cartographies moteur différentes sont à disposition : Médium (normal), Green (éco) et Sport. Nous avons testé les trois cartographies, du reste. Commençons par la plus fameuse (ce n’est un secret pour personne), le mode Sport ! Mieux vaut d’emblée l’associer avec l’autre mode Sport, celui de la boîte de vitesses (oui, ne pas confondre le mode cartographique Sport et le mode Sport de la BVA, ici indépendants).

Instantanément (et pour quelques secondes) s’affiche alors sur le généreux cadran central la photo que nous vous présentons ci-contre, laquelle vous annonce que vous êtes dans la configuration optimale pour vous amuser à bord de ce véhicule ! Mais également que vous baignez dans la configuration la plus proche du style karting : c’est écrit dessus. Il s’avère qu’il est vrai qu’après avoir essayé toutes les autres versions il s’agit bien là de l’option la plus ludique d’entre toutes - et de loin ! Les déboîtements deviennent alors une chose aussi aisée qu’irrésistible (pour un SUV !). La direction se met au diapason, durcissant avec une vigueur enviable. Le moteur pétarade à la décélération, histoire de faire de vous le pilote de course que vous n’êtes pas (je parle de moi !).

Pour être plein de tonicité et rempli de dynamisme le moteur n’en est pas pour autant un modèle typiquement sportif stricto sensu. Il offre un agrément sensible, mais reste assez horizontal dans l’accélération, en dépit des deux paliers de la pédale, très bien placée par ailleurs. Le couple n’est plus une question qui se pose de nos jours avec cette génération de moteur à turbo à géométrie variable. Ça roucoule dès le ralenti, quasiment (1 250 tr/mn). Et c’est bien plutôt l’agglomération de plusieurs facteurs qui contribue au plaisir à bord de ce véhicule ! On ne peut en effet décemment dissocier le comportement routier de la Countryman d’avec le dynamisme de son moteur. Ou plutôt l’inverse ; le comportement routier se révélant finalement plus gratifiant que le moteur n’apporte comparativement d’agrément. Mais l’association des deux vous livre en revanche tout entier à une forme aigüe de félicité automobile. Oui… C’est la particularité de quelques voitures. Mais c’est un dogme ici à bord de la Countryman !

Notez que si vous êtes las du mode tout sport, il reste loisible de s’encanailler un peu moins en optant pour la cartographie Sport, sans tenir compte du module sport de la boîte de vitesse. Je ne sais pas si vous suivez, mais il le faudrait pourtant. Le mode Médium, qui équivaut à une conduite quotidienne (inéluctablement plus économe en énergie) offre des prestations largement suffisantes, même en usage soutenu. Quant au mode Green (éco), il vous permettra de relier un point A à un point B si vous êtes un peu short niveau carburant (par exemple). Ou un peu raide à la fin du mois (ça peut arriver même à bord d’une Countryman Cooper S ALL4. Enfin, peut-être !). Une led vous notifie les épargnes obtenues et le nombre de kilomètres gagnés sur le mode Medium (vraisemblablement, ce serait plus logique !).

En résumé, ce sont moins les performances prises isolément du moteur, de la boîte, ou du comportement routier qui font toute l’autorité de cette voiture, mais bien la synthèse des trois. C’est la raison qui nous incite à les fusionner exceptionnellement à la faveur de cet essai.

17/20

Mini Countryman Cooper S ALL4 (R70) Mini Countryman Cooper S ALL4 (R70)
Mini Countryman Cooper S ALL4 (R70) Mini Countryman Cooper S ALL4 (R70)
Mini Countryman Cooper S ALL4 (R70) Mini Countryman Cooper S ALL4 (R70)
Mini Countryman Cooper S ALL4 (R70) Mini Countryman Cooper S ALL4 (R70)
Mini Countryman Cooper S ALL4 (R70)

Freinage

Attaque immédiate, progressivité appuyée malgré tout, nous aurions préféré un tantinet de mordant complémentaire. Mais en usage sportif, la donne est fameuse.

17/20

Habitabilité / Logeabilité

C’est la bonne surprise, voire l’excellente surprise du jour. Si l’on se doute qu’une Countryman est forcément plus habitable qu’une Mini conventionnelle, la pensée ne va pas jusqu’à l’imaginer aussi libérale. Outre que les sièges avant génèrent une satisfaction légitime et presque courue d’avance (encore que lorsqu’on se fait baptiser Mini…), les places arrière bluffent les occupants. Avec un conducteur et un passager arrière gauche, tous deux tutoyant les 1,85 m, il reste un espace réellement important entre le revers du siège et les genoux. La garde au toit est parfaite, et le coffre, tel qu’il apparaît sur notre photo, est en mesure d’accueillir des bagages. De surcroît, la banquette arrière est coulissante. Bref, un gros point d’orgue, car la Countryman est encore plus grande à l’intérieur qu’à l’extérieur. Pas de roue de secours, les pneumatiques sont du type “Runflat”.

18/20

Confort

Les sièges avant sont un peu étroits à notre goût, du moins leur assise. Pour le reste, et si l’on s’en tient à l’exercice de notre essai qui s’est confiné aux places avant, le bilan est plutôt flatteur en dépit de l’option sport choisie. L’amortissement est efficace et atténue raisonnablement toute les irrégularités. Pas un modèle du genre, mais une efficacité certaine. La position de conduite conviendra à tous les gabarits tant que ceux-ci n’excèdent pas 1,95 m, vraisemblablement. Ce qui laisse une belle marge et reste un dénominateur commun à la plupart des véhicules.

16/20

Finition / Équipement

La finition est en nette progrès. Mieux, rien de ce que nous avons pu voir au sein même de l’habitacle ne souffre véritablement la critique. Planche de bord supérieure amortie, d’un joli grain, plastique suffisamment compact ailleurs, belle symétrie de l’ensemble, touches piano de commande qui ne font plus quincaille... Même si l’on est fondé à se demander pourquoi ce n’était pas aussi bien avant, on peut se réjouir de ce que c’est mieux aujourd’hui…

L’équipement de série sur cette version haut de gamme est évidemment important : boîte auto spécifique à 8 rapports, accès confort à bord, climatisation automatique à 2 zones, l’assistance au parking, la sellerie cuir, une caméra de recul, des jantes en alliage de 18”, la fonction Start & Stop, toute une batterie d’assistance électronique à la conduite, des sièges avant à commandes électriques, le système 4X4, etc.

17/20

Notre avis

De plus en plus belle, cette Countryman recèle aujourd’hui des qualités qui excèdent sensiblement son image de marque. Elle est devenue, en sus de ses vertus bien connues et ludiques, un véhicule homogène qui satisfera la famille grâce à ses capacités d’hébergement. Elle n’a pas perdu son caractère enjoué, mais la maîtresse sait aujourd’hui materner ses occupants. Une voiture très attachante et diaboliquement joueuse, tout bien pesé, pour ce segment du SUV compact.

ON AIME

Le SUV quasi idéal sur petites routes virevoltantes
Réel plaisir de conduite
Ludique aussi
Familiale à l’envi
Habitabilité/Logeabilité
Look
Homogénéité en net progrès
Finition / Présentation en hausse

ON AIME MOINS

Élitiste dans les tarifs

Sièges avant un peu étroits

On demanderait presque encore quelques chevaux...

FICHE TECHNIQUE

  • MOTEUR : 4 cylindres en ligne. Turbo essence. Injection directe. 1 998 cm3 / 192 ch à 5000 tr/mn
  • COUPLE : 280 Nm à 1 250 Tr/mn
  • TRANSMISSION : boîte auto séquentielle à 8 rapports + séquentielle - 4X4
  • POIDS : 1 585 kg
  • DIMENSIONS (hors tout) : L 4,30 m - l 1,82 m - H 1,56 m
  • RESERVOIR : 51 litres
  • CONSO MOYENNE : env. 7,0 l / 100 km
  • CONSO ROUTE : env. 5,9 l / 100 km
  • CONSO VILLE : env. 8,8 l / 100 km
  • PRIX : 6 590 250 F (au 01.10.2017)
  • GARANTIE : 2 ans, kilométrage illimité.
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Consulter tous les articles de la rubrique Essais