Retour en accueil

Type
Marque
Modele

Type
Marque
Categorie
Mise en circulation

PORSCHE 718 CAYMAN

PORSCHE 718 CAYMAN

Le 2.0 litres Porsche de 300 ch

Voici la nouvelle mouture de la Porsche Cayman. Oh ! Surprise ! Ce n’est plus un 6 mais un 4 cylindres Flat 2.0-L de 300 ch (une version 2.5-L, 4 cyl, 350 ch existe en parallèle). Outre des galbes artistiquement redessinés (beaucoup plus qu’il n’y paraît, Porsche gardant à coeur de préserver une identité filiale), d’aucuns pourront se formaliser qu’une mécanique dite noble (6 cylindres, par exemple) ne préside pas aux charmes de la belle de Stuttgart. L’important, c’est le résultat. Et nous sommes là pour le vérifier. On relèvera une consommation annoncée comme nettement adoucie par rapport à la précédente version. Et ultime confession, le véhicule nous fut prêté mais, relativement au dernier essai complet de ce modèle, cette nouvelle version ne bénéficiait pas de tous les éléments techniques qui nous auraient permis de nous diriger à l’extérieur de la ville. Concrètement, le kilométrage fut limité avec l’impossibilité de satisfaire à toutes nos exigences. Cet essai sera donc plutôt un test. Du coup. Mais enfin, jugez par vous-même, nous vous en disons long sur le modèle malgré tout...

 

 

Moteur / Boîte de vitesses

Le 4 cylindres émet presque la sonorité rauque des héroïnes d’un film américain qu’on aurait pu baptiser Cars Story. Amalgame de dragster en habit du dimanche, de WRC à noeud pap’ et de roadster récemment confessé pour ses péchés acoustiques, bref ! on met volontiers en route la Cayman juste pour le plaisir de l’écouter, même si c’est homologué. Et les puristes, les talibans des mécaniques nobles - que je respecte - devraient amener leurs sentiments vers davantage de hauteur relativement à ce 4 pattes à la noblesse haut perchée. Même si, reconnaissons-le, le bruit diffère du 6 cylindres, bien évidemment.

Si nous n’avons pu essayer cette Cayman à notre gré, puisque le parcours fut parsemé de ralentisseurs, au sens propre comme au figuré, quelques accélérations en départ arrêté ou en reprises nous ont permis d’étalonner notre curseur sensation dans la haut de la graduation. Et positivement, il est difficile de trouver un défaut objectif aux 300 chevaux qui propulsent notre nouvelle Cayman (sinon une perte de sensations par rapport au précédent moteur 6 cylindres 325 ch).

Une forme de plénitude qui transforme en un à-peu-près mécanique les sportives du quartier hier encore reines de la cité... La puissance jaillit du pédalier en masse du point zéro au point 7 000 (tr/mn). Là, le compte-tours, avec un rythme syncopé de manomètre à pression, retombe au passage du rapport supérieur pour repartir en crête sans aucun temps mort, avec l’orchestre philharmonique qui pousse derrière, galvanisé par une grosse caisse qui scande au rythme saccadé des pistons.

Réellement un plaisir sensitif, avec un volant qui durcit au fil de votre progression et des virages qui vous sautent au visage, lors même que vous vous noyez dans le sentiment débordant de votre toute puissance ! La boîte, en mode auto/sport, est vraiment au top, avec un frein moteur préservé et des rapports qui jonglent avec le régime moteur. Bref, en un mot comme en cent, un concentré de plaisir de conduite, vous en redemanderez… Savoir comment conduire autre chose, une fois rendue à l’importateur…?

Comportement routier

Difficile dans les conditions de notre essai de nous faire une idée, mais tout laisse à penser, y compris notre précédent essai en 2015 (modèle antérieur), que la “petite Porsche” joue sur du velours. Rigueur, rigidité, direction qui s’adapte d’emblée à votre style de conduite, la Cayman pourrait facilement entonner sa partition sur un circuit. Mais il y a mieux. Il semble que l’état de certaines de nos routes ne soit pas un écueil pour elle. De fait, tout concourt au plaisir à bord, la puissance et la disponibilité du moteur semblent conspirer avec une rigueur joueuse (possible de faire décrocher l’arrière si on le souhaite en déconnectant les aides à la conduite) pour dédier quelques ravissements aux amateurs du genre...

PORSCHE 718 CAYMAN PORSCHE 718 CAYMAN
PORSCHE 718 CAYMAN PORSCHE 718 CAYMAN
PORSCHE 718 CAYMAN PORSCHE 718 CAYMAN
PORSCHE 718 CAYMAN PORSCHE 718 CAYMAN

Freinage

Progressif, surdimensionné, la Cayman offre un freinage doux et efficace. Personnellement, nous aurions préféré davantage de mordant et d’attaque, mais l’efficience prévaut.

Habitabilité / Logeabilité

S’agissant d’une stricte deux places sportive, on ne fera pas toute une dissertation sur le sujet. Il vous suffira de savoir qu’on se laisse choir à bord du véhicule, surtout lorsque vous tombez de haut, mais que même un conducteur et un passage de 1,85 m se trouvent tout à fait à leur aise à bord. On trouve des espaces de rangement sur l’arrière (après le moteur) et en soulevant le capot avant où un compartiment à bagages plus profond que large apparaît alors à l’ayant droit.

Confort

Hormis cette descente et cette extraction de l’habitacle, pas toujours simple, le confort à bord est très satisfaisant pour la catégorie, et même dans l’absolu. Évidemment non testé sur notre parcours type résolument vindicatif pour le dos. Mais quand même, les routes éprouvées n’étaient pas des modèles de tapis de billard et à aucun moment une quelconque réflexion sur l’incapacité du véhicule à épargner les lombaires ne s’est fait jour. Bilan positif.

Finition / Équipement

La finition est griffée Porsche, savoir de belle facture et résolument premium. Stylé Porsche, avec de grands écrans de contrôle, une planche de bord sobre et belle à la fois, il n’est jusqu’au détail intérieur qui ne fasse l’objet d’un soin constant. Un bémol pour le revers du capot avant qui aurait mérité à notre sens un habillage.

L’équipement de série comprend une climatisation automatique à 2 zones, la sellerie en cuir et Alcantara, un régulateur de vitesse, le volant multifonction, des feux teintés type Exclusive, des Jantes Boxster S 19”, etc.

Notre avis

La Cayman est toujours la Porsche qui nous fait le plus craquer tant elle est joueuse et rigoureuse, belle sans ostentation, et carrément passionnante à conduire. La boîte PDK est un must et ce 4 cylindres turbo un exocet en pleine guerre des Malouines… Une voiture égoïste mais généreuse, maîtresse souveraine de vos états d’âme. Mais vous pouvez aussi la partager avec votre bien-aimée, nul doute. En tout cas, si elle n’est pas la plus fonctionnelle des Porsche, elle en est peut-être la plus radieuse !...

ON AIME

Le SUV quasi idéal sur petites routes virevoltantes
Réel plaisir de conduite
Ludique aussi
Familiale à l’envi
Habitabilité/Logeabilité
Look
Homogénéité en net progrès
Finition / Présentation en hausse

ON AIME MOINS

Élitiste dans les tarifs

Sièges avant un peu étroits

On demanderait presque encore quelques chevaux...

FICHE TECHNIQUE

  • MOTEUR : En position centrale, 4 cylindres à plat, injection directe turbo, 1 998 cm3, 300 ch à 6 500 tr/mn
  • COUPLE : 380 Nm entre 1 900 et 4 500 tr/mn
  • TRANSMISSION : boîte automatique PDK à 7 rapports
  • DIMENSIONS (hors tout) : L 4,379 m - l 1,801 m - H 1,295 m
  • POIDS : 1 365 kg Din RESERVOIR : 54 litres
  • CONSO MIXTE (constructeur) : 6,9 l/100 km
  • CONSO URBAINE : 9,0 l/100 km
  • CONSO EXTRA URBAINE : 5,7 l/100 km PRIX : 9.950 MF TTC et CG incluses (au 01.10.2017)
  • GARANTIE : 2 ans + 2 ans partiel.
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Consulter tous les articles de la rubrique Essais