Retour en accueil

Type
Marque
Modele

Type
Marque
Categorie
Mise en circulation

COUNTRYMAN HYBRIDE SE ALL 4

COUNTRYMAN HYBRIDE

Watts’n roll

L’écueil, s’il en fût s’agissant d’un essai, c’est qu’avec la marque Mini, et encore plus spécifiquement avec cette nouvelle et première hybride, il y aura toujours beaucoup à dire. La marque en effet bât pavillon de se distinguer de la masse.

Si vous êtes un fidèle lecteur, ce à quoi nous ne saurions faire objection, vous savez que la version Countryman conventionnelle et thermique a été testée lors de notre précédente parution.

Aussi nous ne nous attarderons pas sur ce qui a déjà été développé précédemment (tout en gardant les rappels indispensables à la compréhension de la lecture) pour nous focaliser sur l’hybridité de ce modèle “plug-in”, savoir une Mini dont le moteur électrique peut être rechargé depuis une simple prise de courant (en complément de la recharge induite par la conduite). Mais trêve d’exorde et en route matelot...

Moteur / Boîte de vitesses

En bon hybride, la Mini accueille 2 blocs. Un thermique, un modèle essence de 1.5-L 3 cylindres revendiquant 136 ch ainsi qu’un bloc électrique de 88 ch alimenté par une batterie lithium-ion placée sur l’essieu arrière (qui grève un peu au passage le volume du coffre). Avec la Mini Hybride, il est ainsi possible de ne rouler qu’avec le moteur thermique (mode Save battery, mais vous perdez fatalement beaucoup de puissance) - qu’avec le moteur électrique (Mode Max eDrive, env. 40 km maxi, selon le constructeur, et 125 km/h en pointe) où, selon la configuration propre à ce type de motorisation, avec un panachage des deux (mode Auto eDrive, où le système privilégiera le moteur électrique à vitesse modérée). Il suffit pour ce faire de jouer d’une touche de piano (les petits leviers en bas de console) et le choix sélectionné s’affiche sur votre tableau de bord.

A l’instar du précédent essai, nous trouvons trois modes de fonctionnement, mode Éco, mode Medium (compromis à utiliser au quotidien par défaut) et le mode Sport. Ainsi qu’une boîte de vitesses automatique à 6 rapports. Module séquentielle + mode transmission sport en sus.

Les 224 ch cumulés (les deux moteurs simultanément) sont bien perceptibles. S’agissant d’un modèle hybride (essence + électricité), Mini a sans doute eu à coeur à préserver un statut fédérant les concepts de la marque. Alors que certaines hybrides, tout en restant plaisantes à conduire, sont plus vertueuses que réellement dynamiques, la Countryman rechargeable semble devoir s’assigner pour objectif de vous propulser d’un virage à un autre.

Ça pousse, plutôt à l’horizontal et de façon linéaire, mais avec du coffre et une vigueur fort louable ! Dès lors que vous paramétrez tous les modules en configuration Sport, et plus particulièrement dans les virolos, les petits virages secs et même cabossés, c’est un vrai régal. Les pneumatiques hurlent, mais ça passe. Le tassement est relativement contenu, et tant pis si c’est un peu tape-cul sous les auspices de ses configurations ultimes. C’est un choix du constructeur, nous le verrons plus bas. La boîte auto est extrêmement douce et le passage des rapports est à peine sensible. Le couple, avec le moteur électrique, est présent dès le premier tour/minute de régime…

16/20

Comportement routier

Positivement, ça reste très ludique. Les petites routes défaites qui malmènent une caisse sont un exercice de parade pour la Mini Hybride. Elle incite à l’attaque grâce à une maniabilité érigée en système de conduite. Sans doute cette direction si incisive ne participe-t-elle pas pour un caramel à cette sensation ! Éminemment en mode sport où un écart de rotation du volant suffit à balancer la voiture d’un virage à l’autre. Spécialité de la Mini. Pour autant, la rigidité dans les courbes plus larges ne semble pas devoir en pâtir. En revanche, on sent un peu de roulis lorsque les pneumatiques commencent de s’égosiller. Mais tout compte fait, volant et direction offrent une prestation remarquée. Le diable est dans les détails, et les détails sont tout. On peut prendre le béguin d’une personne sur un détail d’apparence ; on peut aimer une voiture parce qu’elle se balance à l’envi.

16/20

COUNTRYMAN HYBRIDE COUNTRYMAN HYBRIDE
COUNTRYMAN HYBRIDE COUNTRYMAN HYBRIDE
COUNTRYMAN HYBRIDE COUNTRYMAN HYBRIDE
COUNTRYMAN HYBRIDE

Freinage

Le freinage est très doux, progressif mais puissant aussi. Un bon compromis. À titre personnel, nous apprécions les freinages mordants, mais c’est juste une question de feeling. L’ABS est un modèle de douceur.

16/20

Habitabilité / Logeabilité

Faisant foin de la relative étroitesse de l’assise des sièges à notre goût et verdict d’un séant finalement découplé presque à la perfection, on se sent bien à bord de la Mini Hybride Countryman. Il y a de la place en l’air, à droite et à gauche. Conducteur et passager arrière, tous deux dépliés en hauteur sur 1,85 m, laissent à ce dernier un espace conséquent aux genoux. Même si le coffre est relativement plus réduit relativement aux modèles thermiques de la marque par la présence de la batterie dans le plancher, subsiste quelques beaux restes et une surface d’accueil suffisamment conséquente. Bilan positif, dès lors. (Notons que le réservoir de carburant pour les mêmes raisons passe de 51 à 36 litres).

17/20

Confort

Confortable en mode Médium et Green (économique), nous avons trouvé la Mini Hybride plus tape-cul en mode Sport que lors du précédent essai de la Cooper All4. Explication possible : le durcissement des suspensions opéré par Mini pour pondérer le surpoids engendré par le moteur électrique et sa batterie. Bon, nous avons ressenti le phénomène essentiellement en mode sport et sur route dégradée. À cette réserve près, la Mini Hybride se révèle plutôt confortable et agréable d’usage, même seul à bord.

15/20

(Note pondérée tenant compte de la spécificité du modèle).

Finition / Équipement

Assurément de la belle ouvrage. La planche de bord dans sa partie supérieure est franchement de très belle facture. Très sensuelle au toucher. Les plastiques inférieurs restent corrects, même s’ils n’ont pas le lustre de l’étage du dessus. L’équipement de série comprend une climatisation automatique à deux zones, l’accès à bord sans engager la clef, une caméra de recul avec radar avant et arrière, 4 roues en alliage de 18”, le réglage électrique et (vraiment) complet des sièges avant, la sellerie mi-parti cuir, un kit électrique complet, toute une assistance électronique (trajectoire, freinage, stabilité, etc.), la fonction Start & Stop…

18/20

Notre avis

Le propre des Hybrides d’aujourd’hui, c’est que l’on oublie carrément, une fois rendue la voiture, que l’on vient d’essayer une hybride. Sans doute la résultante d’une désormais parfaite application du sujet à nos routes. Dans le cas de cette Mini Countryman Hybride, Mini a réussi l’amalgame du sport et des watts. La recharge manuelle possible comme cerise sur le gâteau pour une utilisation électrique au quotidien. La force et la vertu en somme. Même si elle se révèle moins confortable que le modèle classique précédemment testé. En tout cas, une voiture capable de vous faire rapidement oublier sa mixité...

ON AIME

Système hybride agréable et puissant
Habitabilité (et même coffre toujours important)
Look
Autonomie électrique
Conserve son âme
Mini Rechargeable, évidemment
Consommation réduite

ON AIME MOINS

Confort en léger retrait
Autonomie maximale de 500 km dans le meilleur des meilleurs des cas

FICHE TECHNIQUE

  • MOTEUR : 3 cylindres en ligne. Turbo essence. Injection directe. 1 499 cm3 / 136 ch à 4 400 tr/mn
  • COUPLE : 220 Nm à 1 250 - 4 300 Tr/mn
  • MOTEUR ÉLECTRIQUE : Synchrone, 88 ch à 4 000 tr/m.
  • COUPLE : 165 Nm jusqu’à 3 000 tr/mn
  • PUISSANCE et COUPLE CUMULÉS : 224 ch et 385 Nm
  • TRANSMISSION : boîte auto séquentielle à 8 rapports + séquentielle - 4X4 POIDS (à vide) : 1 660 kg
  • DIMENSIONS : L 4,30 m - l 1,82 m - H 1,56 m
  • RÉSERVOIR : 36 litres
  • CONSO MOYENNE (constructeur) : 5,8 l / 100 km PRIX : 5 880 250 F au 01/12/17
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Consulter tous les articles de la rubrique Essais